Musique Royale des Guides

Musique Royale des Guides

Depuis sa création en 1832 en tant que Musique particulière du roi, l'identité de la Musique Royale des Guides repose sur les piliers suivants:
• sa structure de grand orchestre d'harmonie complet épaulé d'un corps de trompettes de cavalerie unique,
• son répertoire classique issu d'un patrimoine unique d'œuvres composées ou arrangées spécifiquement pour l'orchestre,
• le talent de ses musiciens
• et enfin une succession de chefs d'orchestre prestigieux
permettent à l'orchestre et son corps de trompettes de remplir chacune de ses missions suivant des critères de qualité les plus élevés.
La richesse musicale de la Musique Royale des Guides est celle d'un grand orchestre d'harmonie et d'un corps de trompettes de valeur internationale.

Vidéo

promo tv uitzending KMKJWF/ Gidsen

Historique

La Musique Royale des Guides comprend un grand orchestre d'harmonie composé de 84 musiciens, tous titulaires de plusieurs premiers prix de nos conservatoires royaux, et d'un corps de 19 trompettes. Depuis sa création en 1832, cette phalange a toujours su envoûter tant les spécialistes - parmi lesquels de nombreux grands compositeurs allant de Berlioz à Stravinsky - que le grand public en Belgique et à l’étranger, et ceci grâce à ses qualités exceptionnelles. De nos jours encore, des compositeurs étrangers de renom, tels Roger Boutry et Derek Bourgeois, font appel à la Musique Royale des Guides pour créer leurs nouvelles œuvres et les enregistrer sur disques compacts. Toutefois, cet orchestre d'élite a depuis longtemps pour vocation première la promotion de la musique belge et particulièrement celle composée pour ce type de formation.

C'est à la fin de l'été de l'année 1832 que le roi Léopold I demande au chef de musique Jean-Valentin Bender de former une musique militaire qui sera attachée à son escorte à cheval. La musique du Premier Régiment des Guides accompagnera le couple royal dans tous ses déplacements et sera dès lors appelée "Musique Particulière du Roi". Une succession d'illustres chefs de musique assure la progression ininterrompue de la qualité de cette même musique qui ne tarde pas à être citée parmi les meilleures formations du monde. A l’issue de la Première Guerre Mondiale, le lieutenant Arthur Prévost est à la tête des "Guides" ; les grands compositeurs belges découvrent la qualité et le rayonnement de la Musique et se mettent à composer pour cet orchestre d'harmonie virtuose. En 1925, Prévost consacre un concert entier aux œuvres de maître Paul Gilson, le pionnier de la musique moderne pour orchestre à vents en Belgique. Dans les années qui suivent, il collabore de manière intense avec les plus importants élèves de Gilson qui se sont réunis pour former le groupe des Synthétistes. Francis de Bourguignon, Maurice Schoemaeker, Theo Dejoncker, Jules Strens et Gaston Brenta écrivent ou arrangent l’une ou l’autre pièce pour la Musique des Guides. René Bernier et Marcel Poot quant à eux, composent les premières œuvres pour orchestre d'harmonie, le début d'une longue série. A l’époque, la Belgique ne compte aucun orchestre symphonique professionnel, ce qui amène certains compositeurs à coucher leurs notes sur des partitions destinées aux Guides. D'autres, dont Joseph Jongen, font jouer leurs œuvres symphoniques en transcription par la Musique des Guides. En 1929, lors d’une tournée de six semaines dans le Nouveau-Monde, l’orchestre est porté en triomphe, la musique belge est à son apogée et le pays est cité en référence. Après la Seconde Guerre Mondiale, c'est principalement le commandant chef de musique Simon Poulain qui, dans les années 50, fait travailler de façon magistrale ce grand orchestre d'harmonie. Grâce à la collaboration entre le maître Jean Absil et Yvon Ducène, commandant de la Musique des Guides de 1962 à 1985, une deuxième percée de la musique d'harmonie auprès de nos compositeurs belges est engendrée. Avec le grand orchestre d'harmonie des Guides, Yvon Ducène crée entre autre, les œuvres de Jean Absil, René Barbier, René Bernier, Peter Cabus, Franz Constant, René Defossez, Jacqueline Fontyn, Jacques Leduc, Victor Legley, Jean Louël et Daniel Sternefeld. Il enregistre également avec l’orchestre plusieurs disques consacrés à la musique belge. Il n'est dès lors pas étonnant qu'en 1974, l'Union des Compositeurs Belges lui décerne le Trophée Fuga en reconnaissance de son action en faveur de ce patrimoine musical. En 1985, le lieutenant Norbert Nozy, saxophoniste virtuose de réputation internationale, prend la direction de cette phalange d'élite. Indéniablement, celle-ci garde sa place parmi les meilleurs orchestres d'harmonie au monde. Lors des nombreux concerts donnés en Belgique ou au-delà des frontières, Norbert Nozy perpétue à son tour la propagation de la musique belge. En outre, il incite régulièrement nos grands compositeurs à écrire pour l’orchestre. Sous sa direction, les Guides créent des œuvres de Franz Constant, Frédéric Devreese, Jacqueline Fontyn, Victor Legley, Jean Louël, Jean-François Redouté, Jean-Marie Simonis, Jan Van der Roost et André Waignein. Il n'est guère surprenant que Norbert Nozy ait été récompensé aussi en obtenant le Trophée Fuga en 1991. Des exécutions magistrales et intégrales de plusieurs symphonies de Ludwig van Beethoven, de la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak ou de la Troisième Symphonie de Gustav Mahler, dans des transcriptions exclusives d'une part, ou un concert exceptionnel avec Barbara Hendricks à la Neue Philharmonie de Cologne d'autre part, ne sont que quelques sommets de cette glorieuse période. Des tournées couronnées de succès au Canada, en Espagne, en Hongrie, en Thaïlande, en Turquie et aux Etats-Unis (avec un mémorable concert au prestigieux Constitutional Hall à Washington) sont autant d'atouts à l'impressionnant palmarès du premier orchestre militaire belge. A elle seule, leur considérable discographie - dont notamment les disques compacts consacrés intégralement aux œuvres de Jean Absil, René Defossez, Franz Constant, Victor Legley, Jacqueline Fontyn, les Synthétistes, Paul Gilson, Marcel Poot et August De Boeck - justifie amplement l’exceptionnelle renommée des Guides.

En octobre 2003, le commandant Norbert Nozy est admis à la retraite. L’adjudant major François De Ridder lui succède jusqu’à sa mort tragique en juin 2007. L’adjudant major Dirk Acquet assure l’intérim durant huit mois. D’autres disques compacts, sous la direction de chefs invités tels Jan Cober, Henrie Adams, Jan Van der Roost et Roger Boutry, viendront encore enrichir la discographie de la Musique Royale des Guides. En novembre 2007, l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-arts de Belgique décerne le Prix de la Classe des Arts et des Lettres à la Musique Royale des Guides pour l’ensemble de son œuvre. En mars 2008, le lieutenant chef de musique Yves Segers reprend la baguette à la tête de la Musique Royale des Guides. Avec brio, il perpétue la tradition entamée par ses illustres prédécesseurs comme en témoignent déjà plusieurs disques compacts remarquables ; citons Pierre et le Loup de Sergei Prokofiev, la Symphonie du Vin de Derek Bourgeois, plusieurs compositions de Frédéric Devreese de même que des œuvres de jeunes compositeurs flamands. Outre quelques prestigieux concerts au Palais des Beaux-arts (Bozar) de Bruxelles, Yves Segers a eu l’honneur et le privilège de diriger plusieurs prestations avec des solistes renommés tels le clarinettiste Walter Boeykens et le pianiste/compositeur François Glorieux. En août 2008, lors du festival international de musiques militaires de Québec, un concert de gala avec la diva canadienne Natalie Choquette a littéralement enchanté le public et la presse. Plus près de nous, en janvier 2009, les Guides ont été invités à jouer le concert d’ouverture de la journée Klara in het Paleis retransmis en direct par la VRT.

Le corps des trompettes de la Musique Royale des Guides est lui aussi unique en son genre. Placé depuis mars 2013  sous la direction de l’adjudant- chef  trompette-major Olivier Brichau , celui-ci peut également s’enorgueillir d’un prestigieux palmarès et d’une réputation d’excellence, acquise tant en Belgique qu’à l’étranger. L’usage de la trompette de cavalerie en mi bémol et en si bémol donne un éclat et une brillance aux marches militaires belges, dont le style et la sonorité sont tout à fait particuliers et uniques au monde.

Depuis 1995, la Musique des Guides s’est vu attribuer le prestigieux titre de "Royale".

Chef d'orchestre

Commandant chef de musique Yves Segers

Curriculum Vitae

Yves Segers (né en 1978 à Temse) étudie pendant dix ans au Conservatoire Royal de Bruxelles et y obtient pas moins de quatre diplômes, dont trois Masters pour la flûte traversière, la direction d’orchestres à vent et la direction d’orchestre symphonique, respectivement chez Carlos Bruneel, Norbert Nozy et Silveer Van den Broeck. Il a, à plusieurs reprises, l'occasion de suivre des master class avec Emmanuel Pahud, Patrick Gallois, Jonathan Snowden, Philippe Boucly et Catherine Ransom.

En tant que flûtiste, Yves Segers est lauréat de différents concours tels « Axion Classics » (1996) et le concours « Tenuto » enregistré par la radio et la télévision. Il reçoit également une bourse de la Fondation Artistique Horlait-Dapsens pour ses prestations exceptionnelles au Conservatoire de Bruxelles en 2001 et, un an plus tard, il est sélectionné pour participer au 2ème Concours International de Flûte ‘Carl Nielsen’ au Danemark.